Comparatif des modes d’investissement participatif dans les entreprises

Après un premier article comparatif de Carine Girard, professeur associé à Audencia Business School, sur l’impact des différents modes d’investissement participatif dans la gouvernance des entreprises, nous revenons sur un comparatif global. Equity, royalties, prêt… quels impacts pour l’entreprise et pour les investisseurs ?

Equity (capital) Royalties Prêt
PERSPECTIVE DE L’ENTREPRISE Obtenir des fonds propres en vendant du capital, souvent avec des clauses de préférence Obtenir des fonds en acceptant de payer un pourcentage des revenus futurs Emprunter des fonds en contractant une dette à long terme
Évaluation Analyse fondamentale et négociations pointues  concernant les valeurs présente et future de l’entreprise en utilisant divers méthodes de valorisation selon le secteur Évaluation de la capacité à générer des revenus futurs (chiffre d’affaires, marge) Seule la capacité à honorer  le plan de remboursement est vérifiée, incluant le calcul du principal et des intérêts
Dilution La dilution des parts des fondateurs s’accélère à chaque tour de table. Le contrôle peut dépendre de la réalisation des objectifs (management package) Pas de dilution de la participation des actionnaires Pas de dilution sauf en cas de rupture des covenants.

Il est courant de convertir des dettes/obligations en parts du capital

Coût du financement 15-22% plus warrants Entre le capital et le prêt (en savoir plus) 15 – 50%
Equity (capital) Royalties Prêt
PERSPECTIVE DE L’INVESTISSEUR Conserver des parts de capital pendant 5-7 ans ou indéfiniment, dans l’attente d’une opportunité de sortie Commencer à recevoir un retour sur investissement quelques mois après le début de l’activité financée Récupérer des paiements à taux d’intérêt fixe ; le retour sur investissement est limité par les taux d’intérêt actuellement bas
Retour sur investissement En cas de sortie réussie (introduction en bourse ou cession) un multiple de 10 est visé, mais il est possible de ne pas retrouver la somme investie Objectif de 5-15% de rendement annuel moyen ; investissement remboursé dans les 5-7 ans Taux d’intérêt commerciaux ; pour les entreprises américaines actuellement 12-15% ; le capital récupéré avec intérêt sur la durée du prêt
Risque pour l’investisseur Risque de perte intégrale du capital investi, dans l’attente d’une sortie permise par la liquidité des parts Le risque est progressivement atténué à mesure que les paiements de royalties s’accumulent ; le risque sur le montant investi approche 0 au bout de 5-7 ans Risque de crédit classique pour une entreprise, diminuant à mesure que les échéances sont payées ; recouvrement des pertes par la vente d’actifs en cas de défaut de remboursement
Contrôle des financeurs Induit des rôles d’actionnaire, et potentiellement de membre du conseil d’administration ou de comités clé ; volonté potentielle de remplacer les managers en place Pas de détention de parts de capital ; pas de statut d’actionnaire ou de membre du conseil d’administration ; pas de volonté de jouer un rôle dans la gouvernance de l’entreprise Pas d’ingérence directe dans la gouvernance de l’entreprise, mais possibilité  d’exercer des clauses de contrôle sur celle-ci en cas de défaut de remboursement
Garanties prises par les financeurs Garantie prise sur la société et sur le patrimoine des fondateurs, management package fondé sur des objectifs
La propriété des parts des fondateurs est susceptibles d’être transférée au cas où les objectifs ne sont pas atteints
Investissement dans la capacité des managers à développer l’entreprise
Les actifs non corporels (propriété intellectuelle surtout) sont affectés au paiement des royalties
Sièges au conseil d’administration, pacte d’actionnaires et stricts covenants
Les actifs de la société et souvent les actifs des principaux actionnaires sont pris en garantie (gage, hypothèque, nantissement + caution)
Sortie La sortie est aléatoire et dépend de l’état du marché et de la perception du marché des capitaux et de l’issue des négociations avec les acquéreurs ou les intermédiaires en fusion-acquisition La sortie des investisseurs commence immédiatement avec le paiement des premiers royalties et s’accélère à mesure que les versement augmentent jusqu’à la fin du contrat La sortie a lieu au remboursement du capital prêté ou en exerçant les clauses des covenants, ce qui signifie faire jouer les garanties ou céder les parts des fondateurs, ou les actifs
COMMUNAUTÉ D’INTÉRÊT L’accord de l’investisseur est nécessaire à la prise de nombreuses décisions de gestion et de stratégie Les intérêts des parties sont alignés, accord gagnant gagnant Les investisseurs cherchent un investissement liquide, risque de conflit.

Afin de mieux orienter les porteurs de projet dans le choix du mode de financement participatif le mieux adapté à leur besoin, WE DO GOOD a développé un outil web simple et gratuit, qui sera lancé le 2 février prochain.

D’ici là, nous vous invitons à visiter notre site pour plus d’informations sur ce mode de financement innovant et à tester notre simulateur !

 

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *