SenseCamp : les 24 heures (+ 24h) du Mans de l’entrepreneuriat social !

100 personnes de 9 villes de France (et même d’ailleurs !) se sont rassemblées au Mans pendant 48 heures pour « Rêver grand, agir maintenant » lors du premier SenseCamp de 2016.

ccs_afvwiaai-ug-jpg-large

C’est quoi un SenseCamp ? Il s’agit d’un format d’événement imaginé par MakeSense, la communauté internationale de promotion de l’entrepreneuriat social, qui rassemble des citoyens, des entrepreneurs sociaux, des innovateurs et les gangsters de cette association. Cela pendant tout un weekend de rencontres, d’échanges, d’inspiration, de concerts et d’ateliers participatifs.

L’objectif ? Découvrir et se former aux différents formats d’événements proposés par MakeSense qui permettent de booster les entrepreneurs sociaux (Hold-up, MKS Room…). Et, surtout, rencontrer des gens inspirants et en ressortir plus riche, plus motivé, avec des vraies pistes pour s’épanouir en tant qu’entrepreneur.

« Il faut trouver sa voie plutôt que chercher sa place »

Un weekend qui nous a permis de prendre le temps de réfléchir ensemble à la question : c’est quoi réussir sa vie ? Est-ce réussir à s’intégrer dans un système imposé ? Est-ce rentrer dans les moules que l’on nous propose dès le plus jeune âge ? Et pourquoi, à l’école, on ne nous dit pas que c’est bien de vouloir faire ce qu’il nous plaît ?

Quand une maman nous raconte qu’à l’école sa fille apprend que la morale de la Chèvre de Monsieur Seguin est que « être libre c’est vivre pauvre et malheureux », nous nous rendons compte que le système scolaire classique nous apprend uniquement à rentrer dans les rangs et pas à décupler notre potentiel ni à oser imaginer le monde de demain. Que c’est à nous d’apprendre à nos enfants à être libres, acteurs de leur vie, épanouis personnel et professionnellement ! Leur apprendre à apprécier la diversité et à s’enrichir des rencontres avec les autres.

« Comment tu vas faire pour vivre de ça ? »

Solène, la fondatrice de Creators for good, accompagne justement des entrepreneurs qui ont besoin de dépasser les préjugés et la peur de se lancer. Elle est venue d’Istanbul, juste pour nous dire qu’il ne faut pas hésiter à sortir de sa zone de confort. Qu’on apprend en faisant. Qu’il ne faut pas attendre la perfection pour se lancer.

‪ »On m’a dit qu’être musulmane était un frein a mon émancipation »

Sarah, la cofondatrice du Women Sensetour in Muslim Countries, a justement du se battre pour se libérer des préjugés et pouvoir se réconcilier avec ses différentes identités : « depuis que je suis petite on me dit qu’une femme musulmane est forcément soumise, que la religion est un obstacle« . Ce sont ces préjugés qui l’ont poussée à faire le tour du monde. À aller à la rencontre des personnes concernées, des femmes musulmanes, et leur donner la parole pour casser les stéréotypes.

Et… étrangement, ce n’est pas dans les différents pays parcourus qu’elle a fait face à des préjugés concernant son projet, mais surtout lors de son retour en France !

De cette expérience de vie est né un documentaire qui sera bientôt diffusé. D’ici là, nous pouvons nous régaler avec la magnifique bande-annonce de « Women Sensetour » : 

« On n’est pas des super-héros »

S’est suivi le témoignage personnel de Pierre, un des super-organisateurs du SenseCamp au Mans ! Un témoignage courageux sur les préjugés et harcèlement dont il a été victime et la façon dont il a réussi à les dépasser : cultiver la diversité, sortir de sa zone de confort, être résilient. Le conseil de Pierre ? « On n’est pas des super héros, on a tous nos peurs, nos faiblesses, alors foncez ! » 🙂

Disco-hôpital : le secteur public lui aussi peut aller encore plus loin

La séquence de témoignages inspirants s’est terminée avec Didier Girard, le directeur de la restauration de l’hôpital du Mans, qui nous a raconté son long parcours pour réussir à réduire le gaspillage alimentaire au sein de cet organisme. Un long parcours pour pouvoir distribuer les restes à l’extérieur, à des personnes en difficulté. Mais un long parcours qui a fait ses preuves car, grâce à lui, aujourd’hui ce sont 27 hôpitaux en France qui redistribuent leur surplus alimentaire ! Et il ne s’arrête pas là : très récemment, il a organisé la première Disco Soupe au sein d’un établissement hospitalier ! 

« Il en faut peu pour être heureux »

C’est avec une énergie renouvelée, plein de rêves et de nouvelles idées, que nous avons présenté WE DO GOOD à la MKS Room du weekend, aux côtés de la Cravate Solidaire du Mans. Ce projet offre gratuitement des vêtements pour les entretiens d’embauche des demandeurs d’emploi, afin de faciliter leur insertion professionnelle. Et en l’absence du musicien prévu pour animer cette soirée dédiée à un entrepreneuriat qui « rêve grand et agit maintenant », ce sont les participants du SenseCamp eux-mêmes qui ont fait une belle performance artistique collaborative !!! A écouter ici :

Cette MKS Room était pour nous l’occasion de parler à la communauté MakeSense de notre levée de fonds en royalty crowdfunding : la campagne #GOODpower de WE DO GOOD !

Elle se termine d’ailleurs très bientôt, rejoignez l’aventure avant le 13 mars en investissant dès 10 € ici

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *