Les royalties, un outil au service de l’entrepreneuriat

Malgré les levées de fonds de plusieurs millions qui font régulièrement la une des médias économiques, les solutions de financement de l’amorçage et de l’innovation sont rares en France. BPI ce n’est pas si simple, les fonds d’investissement et les business angels très sélectifs et les banques…

On n’en parle même pas sinon on risque de s’énerver ! Chez WE DO GOOD, nous sommes convaincus que les royalties représentent une solution concrète, simple et peu coûteuse pour développer l’entrepreneuriat. Voici pourquoi en 5 points-clé !

investisseur royalties

 

Des entrepreneurs mieux entourés

Le financement en échange de royalties utilise les mécanismes classiques du crowdfunding et donc la mobilisation de différents cercles autour de l’entrepreneur : ses proches, son réseau professionnel, de potentiels clients et partenaires.

Un entrepreneur qui réussit une levée de fonds est ainsi quelqu’un qui a mobilisé une communauté directement intéressée à la réussite de son projet, et plus particulièrement à la croissance de son chiffre d’affaires. Une communauté qu’il pourra activer facilement tous les 3 mois, lors des versements de royalties, pendant 5 ans, et qui pourra éventuellement l’aider à résoudre différentes problématiques : outils, visibilité, financements, prospection, partenariats stratégiques…

 

Des entrepreneurs qui ont la balle dans leur camp

Pour réussir une levée de fonds en royalties, il faut convaincre son réseau à soutenir son projet. Un défi pas si évident que ça ! La réussite est donc la preuve que la communication autour du projet est claire, que le produit est compris et pertinent.

En plus, l’entrepreneur renforce ses capitaux propres sans dilution de capital ni endettement. Des arguments de poids pour aller ensuite voire la banque ou des investisseurs en capital et négocier en toute sérénité.

 

De nouveaux investisseurs potentiels

La France manque d’investisseurs et de business angels pour l’amorçage (cf. étude de février 2017 par In Extenso Innovation Croissance). Les coûts de gestion de l’investissement en échange de royalties étant peu élevés, il est accessible dès 10 € et aussi simple qu’un soutien sur des plateformes de financement participatif en don ou pré-vente.

Les royalties sont donc un formidable outil de démocratisation et de pédagogie autour de l’investissement dans les entreprises. La majorité des investisseurs sur WEDOGOOD.co sont des personnes n’ayant jamais investi dans une entreprise et qui le font pour la première fois pour soutenir un entrepreneur qu’ils connaissent ou un projet qui leur parle. Avec les royalties, tout citoyen est un investisseur potentiel, à hauteur de ses moyens.

 

Des investissements plus récurrents

Plus de 10 % de ces primo-investisseurs prend goût à soutenir une aventure entrepreneuriale et réinvestit ensuite dans d’autres projets. Et ce n’est pas tout : l’investissement en échange de royalties peut être un premier pas pour devenir ensuite un investisseurs en capital ! Cela a déjà été le cas pour certains de nos investisseurs.

Outre l’accessibilité de l’investissement, le retour sur investissement est versé tous les 3 mois, dès la 1ère année. Une liquidité qui n’oblige pas l’investisseur à attendre une sortie éventuelle et qui lui permet de réinvestir beaucoup plus rapidement dans de nouveaux projets.

 

Les royalties permettent de soutenir plus de projets

Conséquence directe de l’accessibilité des royalties et d’une liquidité plus rapide : un investisseur peut beaucoup plus facilement investir dans plus de projets que lorsqu’il investit en capital.

C’est pour cette raison que même certains fonds d’investissement commencent à s’y intéresser en France (aux Etats-Unis, où le marché est plus mûr, il existe déjà des fonds d’investissement spécialisés dans les royalties, comme Lighter Capital ou Alaris Royalty). Les royalties  permettent de soutenir plus de projets dans un esprit “gagnant-gagnant”, dès la phase d’amorçage pour éventuellement mieux anticiper une entrée au capital ultérieure.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *