Le Web sera Green ou ne sera pas !

On sait que le temps de latence d’un site web marchand, notamment en mobilité contrainte, va occasionner la perte du mobinaute impatient et, bien-sûr, de ses revenus associés. L’écoconception logicielle serait-elle la réponse ?

écoconception logicielle

Vous, je ne sais pas, mais moi, je navigue plus sur mon mobile sur le web que sur mon ordinateur. C’est une tendance de fond : « l’instantanéité » des services et contenus numériques font qu’en 2017 on devrait atteindre les 60 % des pages lues depuis un mobile. Aujourd’hui, tout est pensé en « Responsive Design » et on assiste à la convergence technologique entre web et mobile.

La mobilité impose quelques contraintes non maîtrisées : celles de celui qui va consommer contenus et services de votre site. En effet, lui, le consommateur, ne maîtrise pas la couverture réseau et il peine à maîtriser son autonomie de batterie surtout quand il se déplace toute la journée sans source d’alimentation à disposition, en mobilité contrainte : il n’a plus le fil qui fait passer le son mais celui qui fait passer l’énergie désormais !

Pour diminuer tous les effets sur ces contraintes non maîtrisées du smartphone de votre consommateur, la solution pour les éditeurs d’applications ou sites est d’écoconcevoir les applications et sites. Cela permet d’éviter un nombre de requêtes trop important, des volumes de données qui ralentissent l’affichage et l’utilisation.

De plus, l’impression désagréable de sentir que les sites et applications que vous utilisez en mobilité ont vidé votre smartphone, à un moment où vous souhaitez aussi passer votre dernier appel de la journée. Peut-être que sur ce point, l’éditeur a encore de la chance de passer inaperçu car noyé dans la masse de… la batterie qui se décharge trop vite (point de vue hardware) ou de tous les autres sites accédés qui sont aussi énergivores que le vôtre. Mais Google a l’œil sur ces mauvais élèves puisqu’il intègre désormais dans son scoring SEO les lenteurs de l’affichage de la page web sur un mobile.

Dans le monde de l’entreprise et des flottes déployées, on imagine assez mal ne pas maîtriser cet indicateur de consommations de ressources sous peine de perdre en productivité ou ne pas pouvoir proposer des services à ces clients durant une tournée ou une visite en magasin. Néanmoins, on a un peu tendance encore à augmenter la puissance des appareils pour gommer les imperfections !

Longtemps, on a pensé que le génie humain allait trouver des solutions pour augmenter la capacité de stockage des batteries, ou diminuer leur temps de charge, de construire des puces moins énergivores. On a eu raison de le penser car on a réussi à repousser toujours plus loin les limites et nous attendons encore de grands sauts technologiques dans les années à venir sur plein de sujets « électroniques » ou « photoniques » et c’est la solution à laquelle passivement nous nous restreignons en tant que pourvoyeurs ou consommateurs dans nos usages. Mais fort de cette croyance, l’esprit humain, de son effet rebond préféré, anticipe déjà le fait de mettre plus de données, des contenus plus riches, des services plus couteux. L’aubaine technologique ! Au-delà de cette anticipation, c’est une course à la ressource, qui néanmoins, a tendance à s’épuiser et à ne pas se renouveler.

Développer du logiciel plus efficient est une solution de long-terme ne faisant pas entrer dans cette spirale infernale. Cela garantit la performance en mode contraint, l’UX qui va bien et la satisfaction de ne pas encombrer inutilement la pile numérique matérielle : le smartphone, le réseau et les serveurs. Peut-être que sur ce dernier point, on pourrait parler de « GREEN ».

Chez Greenspector, c’est ce que nous essayons d’apporter à tout éditeur, société de service ou digital factory qui développent des applications ou sites web/mobiles, et de leur mettre à disposition une solution outillée opérationnelle pour piloter, analyser, mesurer les applications en phase de développement sans attendre la mise en production et les impacts tardifs et souvent coûteux. L’objectif est « l’efficience en mobilité ». Notre conviction de l’écoconception logicielle s’est construite sur les valeurs du Développement Durable et les entreprises ont vite compris les gains, souvent économiques, qu’elles pouvaient en tirer en intégrant cette démarche auprès de leurs équipes de développement. On sait que le temps de latence d’un site web marchand, notamment en mobilité contrainte, va occasionner la perte du mobinaute impatient et, bien-sûr, de ses revenus associés.

Néanmoins, il est toujours possible de faire cela sans arrière-pensée juste pour des questions d’engagement et d’exemplarité. Dans ce cas, l’émergence des labels Green du Web et l’étiquette énergétique du Web devraient vous aider à récompenser vos efforts et convictions. L’économique et l’écologique peuvent ainsi être récompensés de pair. Vive le « Green » Web !

Partager cet article :

Comments

  1. Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *