“Se sentir soutenu c’est le plus important dans la recherche de financement”

Nous avons eu le plaisir d’échanger avec Caroline Jarry et Guylène Blanquart, la dirigeante et fondatrice du cabinet DIVERSEA, qui nous en a dit un peu plus sur leur nouveau projet : une box de produits/services exclusivement réalisés par des personnes atteintes de handicap. On leur a posé quelques questions sur leurs expériences du financement et plus précisément sur ce qui était le plus important dans la recherche de financement.

Chez WE DO GOOD, nous organisons tous les mois un GOOD Lunch. On invite un entrepreneur pour qu’il/elle nous parle de son projet et plus précisément de son expérience par rapport à sa recherche de financement. Le tout autour d’une bonne pizza !

Après Clémence Caulle d’Ocean Zoom qui nous avait parlé d’organismes marins et de la question de l’ouverture de capital, c’est autour d’un GOOD Lunch sushis que nous avons accueilli Caroline Jarry et Guylène Blanquart qui nous partagent à leur tour leurs expériences.

“Le plus important dans la recherche de financement, c’est de se sentir soutenu”

 

Selon vous, qu’est-ce qui est le plus important dans la recherche de financement et vers qui vous êtes vous dirigées en premier ?

Guylène : Je préfère toujours me tourner vers des solutions alternatives comme du financement participatif ou bien des fonds d’investissement. J’ai plutôt exclu les banques au départ qui ont recours à des méthodes plus formelles. Outre l’aspect financier, le plus important dans la recherche de financement, selon moi, c’est de se sentir soutenue et d’avoir également un soutien en terme de conseils, que je puisse expliquer mon projet et avoir des retours, des questions, des idées ou bien pouvoir m’adresser à un organisme où il serait éventuellement possible de rencontrer d’autres entrepreneurs. L’idéal ce serait un concept qui engloberait tout cela.

Avez-vous eu des expériences surprenantes pendant cette étape ?

Caroline : Jusqu’ici, nous avons plutôt effectué des recherches en amont mais j’ai été surprise par la mise en place de solutions qui existaient pour les femmes entrepreneurs, pas exclusivement financières, mais au niveau des réseaux d’entraide. Il y a également des réseaux de business angels féminins qui soutiennent des projets mixtes. Aujourd’hui, il y a un certain nombre de choses qui existent pour promouvoir l’entrepreneuriat féminin.

Guylene : C’est vrai qu’il y a beaucoup d’aides pour la création d’entreprise. Mais sur notre nouveau projet nous ne sommes pas véritablement encore sur la phase de recherche de financement, plutôt sur la phase d’étude de faisabilité et de préparation du produit. Nous commençons tout de même à nous poser la question du financement ! Ce qui est certain, c’est que la recherche se fera par des personnes qui pourront nous apporter un réel soutien ou bien par des canaux alternatifs comme une campagne de crowdfunding qui pourra également nous permettre de communiquer sur notre produit.

Quels conseils donneriez-vous à d’autres entrepreneurs qui souhaitent se lancer ?

Caroline : Il y a des sites internet intéressants, notamment les-aides.fr, un site gouvernemental qui recense des aides différentes auxquelles ont peut prétendre quand on a créé une entreprise. Je trouvais que c’était un bon outil car il suffit de remplir un questionnaire pour présenter notre projet et cela nous renvoie un choix d’aides financières adaptées à notre projet.

Guylène : Cela peut dépendre de différents critères. Effectivement, nous n’avons pas les mêmes besoins si nous souhaitons lever 5 000 ou 1 million d’euros. Le plus important, c’est de déterminer ses besoins, et ensuite nous pouvons aller chercher le bon mode de financement.

 

Un grand merci à Caroline Jarry et Guylène blanquart d’avoir accepté de partager ce GOOD Lunch avec nous et de nous en avoir dit plus sur leur beau projet (à suivre de très près 😉 ) !

Et si vous aussi, vous êtes au démarrage de votre start-up ou en phase de développement de votre TPE/PME, on vous invite à consulter notre article sur quel financement adopter.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *