5 astuces pour faire performer sa campagne de financement participatif sur les réseaux sociaux

Le crowdfunding est depuis quelques années l’un des moyens les plus plébiscités pour obtenir des fonds pour un projet. Et pour cause ! Au lieu de dépendre d’un ou deux investisseurs, les entrepreneurs peuvent recevoir le soutien de nombreux contributeurs partageant les mêmes intérêts afin d’atteindre leurs objectifs financiers. 
Dans cette quête d’investisseurs, les réseaux sociaux sont devenus un très bon moyen de gagner en visibilité, mais aussi en crédibilité auprès de sa cible. 

Ils sont un outil à ne pas négliger pour faire grimper le nombre et le montant des contributions. Voici donc 5 conseils que vous devriez mettre en place pour faire décoller votre campagne de crowdfunding.

Commencer par engager votre propre réseau

Avant même d’investir les réseaux sociaux et d’y annoncer le lancement de votre campagne, il y a une étape primordiale pour vous assurer la réussite de votre levée de fonds : engager votre entourage. Pourquoi ? Parce que votre réseau de proches ou de connaissances (personnelles et professionnelles) est le plus à même de vous suivre dans votre aventure. 

L’objectif ? Vous faire atteindre un palier d’au moins 30 % de votre objectif dès le démarrage de votre campagne et avant de l’avoir annoncé à la foule. Ceci dans le but d’avoir une “social proof” et de convaincre les futurs investisseurs qui eux ne vous connaissent pas. Un potentiel contributeur est plus enclin à contribuer si le montant de la cagnotte n’est pas à zéro. 

Votre réseau s’est engagé et vous a permis d’atteindre un premier montant de collecte ? Vous pouvez dès lors annoncer le lancement de votre campagne de financement participatif sur tous les canaux de diffusion et d’acquisition.

Utilisez la vidéo

Ces derniers temps, la vidéo est le contenu le plus performant sur les réseaux sociaux. De plus en plus d’utilisateurs préfèrent ce type de support parce qu’il est plus facile et rapide à comprendre qu’un article de 3 000 mots. Désormais, les vidéos ont une forte propension à la viralité. C’est-à-dire qu’une vidéo à haut potentiel peut voir son nombre de vues croître de manière exponentielle très rapidement. C’est pourquoi il est essentiel pour votre campagne de crowdfunding d’investir dans du contenu vidéo de qualité. Le simple fait d’offrir une voix et un visage à une campagne est un moyen extrêmement efficace de sensibiliser les contributeurs et de les faire adhérer à votre projet. Ils doivent absolument savoir rapidement ce que vous avez à proposer, ce qui vous différencie des autres, ce que vous avez à leur promettre et quel rôle ils ont à jouer. 

L’idéal est de réaliser au moins deux vidéos. Une vidéo générale présentant l’ensemble du projet, sa naissance, l’équipe qu’il fédère, ses valeurs, etc. Mais aussi une vidéo dite “produit” qui comme son nom l’indique sera entièrement orientée produit (ou service) et de fait beaucoup plus courte. Les vidéos en motion design (animation d’éléments graphiques) fonctionnent très bien dans ce cadre-ci. La clef : attiser la curiosité du potentiel investisseur. Il faut lui donner envie d’aller plus loin en allant sur votre page de crowdfunding et enfin le faire passer à l’action. Le contenu (vidéo ou non) que vous allez proposer sur vos réseaux sociaux va vous servir de canne à pêche pour attirer à vous l’audience qui sera prête à soutenir votre projet. 

Quoi qu’il en soit, privilégiez les formats courts en essayant de ne pas dépasser une durée de 2 minutes pour chacune de vos vidéos. Vous pouvez faire appel à un prestataire comme Happy Crowdfunding, ou utiliser des outils comme Makidoo qui vous permettent même de faire le montage directement depuis votre téléphone. 

Utilisez des pages personnelles et des pages de marque

Une autre façon simple de donner une vraie identité à une campagne de crowdfunding est d’utiliser à la fois un compte personnel et un compte de marque sur ses réseaux sociaux. Pourquoi ? Parce cela montre à tous la personne qui se cache derrière la campagne et cela participe à humaniser un projet. 

Jetez un œil sur LinkedIn, vous verrez que la plupart des porteurs de projets (en tous cas, de projets qui performent) sont très actifs personnellement sur leur compte. Ils interagissent avec leur audience, font vivre leur campagne, informent de leur avancée, des étapes cruciales qu’ils accomplissent, mais aussi de leurs craintes et comment ils les ont surmontées. De cette manière, la campagne n’est plus une simple page sur une plateforme de crowdfunding, elle est réellement incarnée. Posez-vous la question, préférez-vous qu’une marque s’adresse à vous, ou alors une personne en chair et en os qui croit en son projet et le fait vivre à travers sa propre voix ? Avec l’incarnation sur les réseaux sociaux, il peut être plus facile d’obtenir des fonds de la part des contributeurs, car la confiance est instaurée plus simplement. 

N’oubliez pas que, dans de nombreux cas, les gens font des dons aux campagnes de financement participatif avec leur propre argent. Vous devez donc vous présenter de la manière la plus professionnelle (ce qui ne veut pas dire froide) et humaine qui soit pour gagner leur confiance. Par conséquent, utilisez des pages personnelles et des pages de marque pour rassurer votre audience sur la viabilité de votre projet, mais aussi sur l’engagement de votre propre personne. Pour autant, ne mettez pas votre compte de marque sur le banc de touche. Tout comme vous, il est la vitrine de votre entreprise et de votre campagne de financement participatif. Si elle est brouillonne et que vous ne la faites pas vivre, votre audience aura vite fait de tirer des conclusions : ce projet est bancal et ils n’ont rien à partager, la campagne ne doit pas performer. Cette page doit représenter votre projet et y livrer toutes les informations pertinentes sur celui-ci. Un contributeur potentiel sera très certainement tenté de fouiller dans votre contenu pour se rassurer et pour se convaincre qu’il a raison de croire en vous, alors soignez cette page (à l’instar de tout le reste). 

Néanmoins, qu’il s’agisse de votre page personnelle ou professionnelle, n’utilisez que les réseaux sociaux sur lesquels vous avez déjà une communauté établie et avec lesquels vous êtes à l’aise. Se constituer une communauté en parallèle d’une levée de fonds étant très chronophage, prenez le temps d’identifier en amont les réseaux sociaux sur lesquels votre cible/communauté est déjà, afin de les fédérer.

5 astuces pour faire performer sa campagne de financement participatif sur les réseaux sociaux

Testez les annonces payantes

Les publicités sur les réseaux sociaux ne sont pas la clé d’une réussite mais elles peuvent s’avérer pertinentes si une vraie dynamique est déjà bien en place autour de votre projet, notamment si vous êtes en B2C et que vous avez la volonté d’élargir votre communauté et de gagner en visibilité.

Sponsoriser vos publications n’a d’intérêt uniquement lorsqu’une dynamique est déjà en place. L’idée ici est donc de booster votre campagne et non de la lancer. C’est un moyen rapide, efficace et performant dans la diffusion de messages au plus grand nombre. Qui plus est, les algorithmes proposés par les régies publicitaires des réseaux sociaux sont aujourd’hui suffisamment intelligents pour diffuser le contenu aux personnes les plus susceptibles de répondre à vos objectifs. Ces algorithmes apprennent en continu tant qu’ils sont alimentés par du budget publicitaire et affinent donc leur ciblage pour vous permettre de convertir autant que possible. 

Certaines campagnes notamment comme celle de La Tribu ont alloué du budget ads sur Facebook et Instagram tout au long de leur campagne. Cela leur a permis de maintenir un nombre de visites élevé de leur page. Le budget est donc un élément à considérer si vous souhaitez voir performer votre campagne de crowdfunding.

Entrez en contact avec des influenceurs 

Pour beaucoup, qui dit influenceur dit célébrité. Pourtant, depuis quelques années, les réseaux sociaux permettent la naissance d’un grand nombre d’influenceurs, sans pour autant qu’ils soient connus du grand public. Il faut donc bien distinguer l’influence de la célébrité telle qu’on l’imagine. Un influenceur est une personne ayant réussi à se créer une communauté de personnes (de followers, d’abonnés) partageant les mêmes centres d’intérêt que lui.

Un exemple très concret : une personne passionnée de mécanique et ayant un compte Instagram dédié à cette passion réunissant 8 000 abonnés est une personne dite “influenceuse”. Pourtant, c’est un secteur de niche, la renommée de cet individu est modeste et il n’est pas question ici de célébrité. Néanmoins, si vous avez créé un produit en lien avec la mécanique, vous aurez tout intérêt à contacter cet influenceur. Pourquoi ? Parce qu’il est expert dans son domaine et que son réseau le suit pour cela. L’avis d’un influenceur même s’il n’a pas des millions d’abonnés peut-être parole d’évangile pour son réseau. Et autant dire que 8 000 personnes convaincues par un produit, ça fait autant de contributeurs / investisseurs potentiels. 

Les réseaux sociaux peuvent donc être un véritable vecteur de croissance pour votre campagne de financement participatif à partir du moment où vous mettrez tout à profit pour qu’ils performent. En proposant à votre audience du contenu interactif comme de la vidéo, en humanisant votre marque, et en utilisant les réseaux sociaux comme des portes d’entrée vers des influenceurs, vous aurez toutes les ficelles pour en tirer partie de la meilleure façon possible. Un seul mot d’ordre néanmoins : l’implication. Performer sur les réseaux sociaux est un travail chronophage qui même s’il porte ses fruits demande un profond engagement de la part du porteur de projet.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.