Faut-il lever des fonds quand on ne veut pas vendre son entreprise ?

Alexandre Chartier, co-fondateur d’Ornikar et fondateur de MeetCook et de Monsieur Chat L’Heureux nous expose sa vision de l’avenir des start-up après avoir choisi de lever des fonds.

Depuis quelque temps nous invitons régulièrement un entrepreneur à venir déjeuner avec nous pour découvrir son aventure entrepreneuriale. Après Benjamin Morille, qui nous a parlé de la croissance organique, jeudi dernier nous avons eu le plaisir de partager des pizzas avec Alexandre. Ce start-upper en série a quitté Ornikar suite à des frictions avec son co-fondateur. En cause : une différence de vision sur l’avenir de la start-up, suite à leur décision de lever des fonds.

 

Lever des fonds : quel avenir pour les start-up ?

« Dès lors que tu entres dans un process où tu lèves des fonds, le but de ton entreprise en fait c’est d’être vendue. C’est-à-dire que […] ce qui est à la base une entreprise, un projet, devient un instrument d’investissement, un instrument financier. La finalité de cette entreprise c’est d’être vendue dans 5 ans par quelqu’un d’autre. Donc déjà il y a un biais, un conflit d’intérêt. Parce que quand le but c’est de revendre un projet, on ne fait pas la même chose que quand on veut faire un truc vraiment durable et avec toutes les valeurs qu’on a envie d’y mettre. Donc c’est forcément au détriment de quelque chose. »

C’est l’occasion de revoir son témoignage au Web2Day, dans lequel il s’interroge sur comment on entreprend aujourd’hui et comment on peut entreprendre pour demain :

À nous de trouver des modèles durables

« Est-ce que notre responsabilité en tant qu’entrepreneurs, acteurs du numérique impliqués dans toute cette transition numérique, ce ne serait pas d’aller chercher des modèles un peu plus durables ? »

On ne pourrait pas être plus d’accord avec Alexandre, c’est justement l’objectif de WE DO GOOD avec le financement en royalties. Ouvrir son capital reste néanmoins une étape nécessaire pour certaines start-up, notamment dans une phase d’accélération importante. Lever des fonds peut aussi être utile pour associer des partenaires stratégiques au développement de l’entreprise. La clé est de savoir le faire au bon moment, avec les bonnes personnes !

Partager cet article :

No Responses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *