Origame : les abonnements, un marché en plein essor

Nous souscrivons à de plus en plus d’abonnements (musique, streaming, presse…). Selon une étude du cabinet spécialisé Juniper Research, les revenus issus des offres d’abonnement devraient presque tripler dans le monde en 2025 par rapport à leur niveau de 2020. Interview avec Origame, une start-up française qui innove pour simplifier la gestion de nos abonnements.

Origame gestion abonnements

« Un même abonnement peut avoir des prix très différents »

En 2019, les trois fondateurs d’Origame, Hugo, Bruno et Corentin, se rendent compte qu’ils disposent tous des mêmes abonnements à des prix très différents. À ce même moment, ils réalisent qu’un grand nombre de ces souscriptions ne leurs sont plus utiles alors qu’ils continuent de les payer.

Deux d’entre eux ne s’occupaient pas de leurs abonnements et les payaient beaucoup trop cher quand le troisième essayait de les gérer à l’aide de tableaux Excel…

C’est cela qui les a amenés à créer Origame, pour permettre à chaque français de reprendre le contrôle sur ses abonnements, simplement et gratuitement.

Abonnements : une gestion centralisée

Origame est la seule plateforme de gestion des abonnements qui met à disposition de ses utilisateurs la synchronisation à leur compte bancaire. Ils peuvent ainsi centraliser automatiquement l’ensemble de leurs souscriptions et détecter leurs abonnements oubliés. Ensuite, ils peuvent optimiser ces abonnements en quelques clics, en passant chez un fournisseur moins onéreux, ou bien les résilier.

En quelques mots, utiliser Origame, c’est d’une part s’assurer de n’oublier aucune souscription et donc de maîtriser son budget, d’autre part, d’économiser énormément de temps, de l’argent et de l’énergie dans des démarches qui peuvent être déléguées.

Une incitation à souscrire à des offres plus durables

La vocation d’Origame d’aider les Français à reprendre le contrôle sur les abonnements incarne deux piliers distincts du développement durable. D’une part, en développant le pouvoir d’achat de ses utilisateurs – jusqu’à 560€ par an, cette fintech agit sur le levier économique. D’autre part, en proposant en priorité des abonnements en énergies plus vertes et responsables, elle incite ses utilisateurs à consommer responsable au quotidien.

« Des remerciements de ses utilisateurs, ça n’a pas de prix »

Au quotidien, nous avons le sentiment d’aider les gens. Nous évitons à nos utilisateurs des crises de nerfs avec les services clients, les factures déraisonnées de fin de mois et des pertes de temps sur des choses qui n’en valent absolument pas la peine. Nous recevons quotidiennement des mails et autres messages pour nous remercier chaleureusement de notre travail. Ça n’a pas de prix !

Un plan de financement diversifié

Origame, dès son lancement a obtenu la confiance de plusieurs financeurs. Des particuliers sur le principe de la love money, l’incubateur 1Kubator, les banques, la bourse French Tech et plus récemment Réseau Entreprendre financent la croissance d’Origame depuis désormais près de deux ans. À date, nous sommes à la recherche d’un business angel pouvant contribuer à notre effort marketing, en vue d’un futur développement international.

Ecouter ses utilisateurs et s’entourer des bonnes personnes, c’est la clé

Il ne faut jamais baisser les bras et ne jamais cesser de croire en son projet. Si vous répondez à un réel besoin de marché, ayez confiance en vous : votre projet connaîtra des hauts, des très hauts, des bas et des très bas. Mais pour cela, il faut bien écouter ses utilisateurs, ce qui est fondamental.

Néanmoins, si vous gardez le regard orienté vers vos objectifs, vous n’avez pas de soucis à vous faire. Sachez-vous entourer des bonnes personnes : l’entrepreneuriat étant un vaste chantier d’une rare complexité et exhaustivité, il vous faut partager le travail sur la base d’une complémentarité de compétences. C’est ce que nous effectuons chez Origame avec notre équipe désormais composée de sept personnes soudées et motivées pour révolutionner le marché de l’abonnement.

Financement : un conseil pour d’autres entrepreneur-e-s qui se lancent

Ce que nous préconisons : une collecte de love money en mobilisant ses réseaux familiaux et amicaux et/ou un crowdfunding, tous les deux possibles via WE DO GOOD, puis la mobilisation d’un prêt bancaire s’alignant avec les besoins financiers résultant de ces deux précédentes campagnes. 

Merci à l’équipe d’Origame pour ce retour d’expérience ! N’hésitez pas à lire les autres retours d’expérience sur le sujet du financement.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.