Comment financer la création de ma start-up ?

Quand quelqu’un décide de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale la question du financement devient rapidement une problématique majeure : comment financer le démarrage de son activité ? La plupart des subventions demandent des fonds propres, les banques des garanties, les fonds d’investissement des metrics…

On peut éventuellement mobiliser ses proches mais est-ce vraiment une bonne idée de s’endetter ou de diluer son capital dès le démarrage ?

Financer sa start-up

Si on a un produit grand-public à proposer, le plus pertinent est de faire une première campagne de financement participatif (ou crowdfunding) en don avec contreparties ou prévente, sur des plateformes comme Ulule, Kisskissbankbank ou Kickstarter*. Cela permet à la fois de tester son produit, de trouver ses premiers clients et de financer la première production. Cette campagne peut être suivie d’autres campagnes, de nouveau en contreparties pour lancer de nouveaux produits, ou avec d’autres modes de financement comme les royalties pour d’autres besoins, comme vous pouvez le lire dans cet article.

Mais que faire quand son produit est plutôt B2B ou que son entreprise propose des services ? Ou bien quand le besoin financier est trop important pour une levée de fonds en contreparties ? C’est le cas d’une bonne partie des start-up en phase d’amorçage en France et c’est là que les choses se compliquent…

C’est pour répondre à ce besoin que WE DO GOOD a développé les levées de fonds en échange de royalties pour les entrepreneurs. En voici les avantages, en 5 points-clé :

Tester sa communication

Dans toute campagne de financement participatif, l’un des intérêts est de tester sa communication et de valider que son produit ou service est compris, pertinent et désiré. Réussir une campagne c’est certes trouver un financement mais c’est aussi travailler la communication, s’assurer que sa start-up a une vraie proposition de valeur et qu’on n’est pas complètement à l’ouest : que des avancées utiles au développement de l’entreprise !

Mobiliser et étendre sa love money

Habituellement, pour financer son projet, un entrepreneur sollicite sa fameuse “love money”, trois ou quatre personnes de son entourage proche qui ont un peu d’argent, en leur proposant en échange des parts de capital. Le petit bémol : ces parts de capital, qu’on est fier de partager au départ, peuvent s’avérer précieuses lors d’une potentielle future négociation avec des business angel ou fonds d’investissement.

Avec les royalties, l’entrepreneur peut mobiliser ces quelques personnes de son entourage qui ont un peu d’argent et aussi l’ensemble de la famille, amis et réseau professionnel, sans diluer son capital. L’investissement étant accessible à partir de 10 €, chacun peut contribuer à hauteur de ses moyens.

Financer son projet sans s’endetter ni diluer son capital

Lever des fonds en échange de royalties c’est proposer à ses investisseurs une contrepartie financière : un pourcentage du chiffre d’affaires futur de l’entreprise, versé tous les 3 mois pendant 5 ans. Il n’y a donc pas de dilution de capital ni d’endettement (s’il n’y a pas de chiffre d’affaires, il n’y a pas de versement).

Générer un effet de levier

Réussir une campagne c’est prouver que le projet a été réfléchi, qu’on est impliqué à 100 %, qu’on est capable de le porter. Par ailleurs, en royalties les fonds levés peuvent être traités comme étant des quasi-fonds propres. Que des arguments de poids pour débloquer de nouveaux financements par la suite (subvention, prêt, investisseurs en capital) !

Fédérer une communauté d’ambassadeurs

Last but not least : réussir une levée de fonds en échange de royalties c’est fédérer une communauté directement intéressée au développement de l’entreprise et plus particulièrement à la croissance de son chiffre d’affaires pendant 5 ans. C’est une communauté d’investisseurs qui a donc tout intérêt à soutenir son projet de façon active en aidant à résoudre différentes problématiques, en mettant en lien avec de potentiels clients ou partenaires ou même en devenant des investisseurs en capital plus tard. C’est une communauté que l’on peut réactiver tous les 3 mois, pendant 5 ans, lors des versements de royalties !

 

* Retrouvez la liste de toutes les plateformes de don avec contreparties sur TBF.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *